Affaires criminelles

 

Les grandes affaires criminelles de l’Ardèche

De Borée, 2008.

 

En 1766, le syndic des états du Vivarais prononce cette phrase que l’histoire a rendue célèbre. « Ici on tue un homme aussi facilement que dans d’autres provinces, on tue un lièvre ou une perdrix. »

Des contrebandiers de la vallée du Rhône à ceux des Hautes-Boutières, le brigandage régna longtemps en maître sur ce territoire, devenu le département de l’Ardèche. Jusqu’au XIXe siècle, mêlant leurs sangs à celles des bandits de grand chemin, les histoires d’honneur, d’empoisonnement, de rixes, de beuveries font parties de la vie quotidienne. Alors que résonnent encore les tristes exploits des aubergistes de Peyrebeille, ceux de Joseph Vacher retracés dans le film Le juge et l’assassin ou de Conty et ses acolytes, les tueurs fous de l’Ardèche dans les années 1970, la terre natale de Papillon le bagnard est le théâtre de plusieurs affaires criminelles célèbres. À cette violence de la misère répond celle d’une justice implacable. Procès de sorcellerie, condamnations au bagne, chaînes de forçat, visites du célèbre bourreau Diebler, le couperet n’en finit pas de tomber !

 

Les grandes affaires criminelles de Lozère

Éditions De Borée, 2006.

S’il règne aujourd’hui des plaines de la Margeride aux vallées cévenoles une agréable douceur de vivre, la Lozère connut des affaires criminelles ayant défrayé la chronique, à commencer par la bête du Gévaudan…Du procès d’Aumont aux assassinats de Rousson, en passant par le récit de l’empoisonneur de Saint-Paul-le-Froid, le livre recompose pas à pas plus de trente histoires criminelles ! Assassins de grand chemin, rixes entre bergers, parricide sont autant de drames dans un monde où le coeur battait trop souvent au rythme de la violence. Et au-delà des destins individuels frappés par le tragique, se dessine la rude vie d’un pays de montagne aux XIXe et XXe siècles.