En Cévennes avec un âne

Paru dans le Réveil Lozère, le 18 juillet 2013, extraits

 

Entre Cévennes et Mont Lozère, à Castagnols sur la commune de Vialas, Genti’ane propose des randonnées avec un âne sur plusieurs jours.

 

 

Autour de l’asinerie de Castagnols, mi-juillet, la plupart des ânes sont partis en balade. Si l’on peut louer un âne et bâtir soi-même son itinéraire, beaucoup de ceux qui s’adressent à Gentiane font confiance au savoir-faire de Christian Brochier et choisissent un circuit clé en main, élaboré suivant leurs attentes, une des spécificités de la maison.

Comme l’explique Christian, « j’ai démarré l’activité il y a trente ans avec deux ânes dans la vallée française. A cette époque, le GR Stevenson n’existait pas encore et nous étions les seuls à proposer ce type de randonnée. L’itinéraire de l’écrivain venait d’être balisé de drapeaux écossais par le club cévenol pour le centième anniversaire de son passage en Cévennes. Cette nouvelle façon de randonnée, proche de la nature et propre à nourrir les souvenirs était alors tout à fait originale. Et c’est sur cette originalité que nous avons communiqué pour développer l’activité. Notre savoir-faire s’est bâti au fil des ans. Aujourd’hui, le troupeau s’élève à quarante-sept ânes, une trentaine apte à la balade. Quand les gens nous contactent, nous leur demandons qui ils sont, quelles sont leurs attentes en matière de paysage, d’hébergement, de longueurs d’étapes. Les parcours en Cévennes jalonnés de rivières, avec de nombreuses possibilités d’hébergement conviennent bien aux familles, le mont Lozère aux randonneurs confirmés. Si certains choisissent de faire le Stevenson, beaucoup partent sur des itinéraires non balisés que nous avons nous-même repérés et pour lesquels, nous fournissons un descriptif détaillé. »

Des circuits sur mesures

Alors que Genti’âne se charge de les acheminer sur le point de départ de leur parcours et assure également le retour, les randonneurs arrivent la veille à Castagnols. Accueillis en gite d’étape, chambre d’hôte ou camping, avec possibilité de restauration, ils bénéficient de deux heures d’initiation à la conduite de l’âne, apprennent à mettre un bat, à curer les sabots, etc. « Contrairement à ce que l’on pense, l’âne est un animal docile et attachant. Il faut simplement apprendre à s’en faire obéir. Aujourd’hui, la majorité des gens  qui partent ainsi à l’aventure cherchent à se simplifier le quotidien et choisissent des hébergements de qualité, avec repas à la clé. Tous les hébergeurs avec qui nous travaillons disposent également d’enclos, d’une ration d’orge, pour l’âne. Avec le changement de règlementation du PNC plus souple sur bivouac, quelques demandes reviennent pour des circuits en autonomie. Ce n’est pas forcément facile de randonner de la sorte, car nos circuits traversent peu de villages avec possibilité de ravitaillement. Les chemins cévenols conservent une confidentialité qui fait leur charme. »

(…)